Au restaurant: Pascade, Alexandre Bourdas

C’est avec joie et soulagement que j’ai enfin franchi la porte de Pascade. Imagine-toi que cela fait des mois -oui, des mois- que je trépigne d’impatience d’y aller, ou plus exactement depuis que Caroline Mignot y est allée à trois reprises. Quand Ariane en a aussi fait l’éloge sur son blog, j’étais convaincue qu’il fallait que j’y aille.

Cela valait la peine d’attendre: à peine entrés, nous avons été accueillis par des serveurs charmants, souriants et aux petits soins. Rien que ça, ça fait plaisir.

Le restaurant est sobre, épuré mais ses tonalités marrons et de bois en font un lieu assez chaleureux où l’on se sent bien et où on a envie de s’attarder, même si la salle est assez petite.

Passons à l’assiette. Après des petits pains-saucisse qui ont constitué une mise en bouche bien appréciée, voici la pascade végétarienne. Le mélange est étonnant et surprenant de textures: la légèreté d’une mousse très parfumée, des chips croustillantes, du chou croquant, des avocats fondants, le piquant des radis et le moelleux de la pascade. Toute en finesse et en légèreté, c’est un régal qui laisse juste ce qu’il faut de place pour un petit dessert.

20130201_202350_1

La pascade sucrée se composait de nougatine au cacao, de crème au citron et d’une mousse à la truffe et d’une pâte de châtaignes grillées. Je n’ai pas l’habitude de manger des truffes et sa force m’a surprise. Pour autant, même si la mousse s’impose un peu, les autres ingrédients ne sont pas en restent et forment un dessert encore une fois léger mais très riche de saveurs et avec un contraste de textures inhabituel et appréciable.

20130201_204917_3

Le plus: l’eau gazeuse mise en bouteille par le restaurant et servie à discrétion, sympa (et le vin était bon)!

Je reviendrai bien volontiers dans ce petit restaurant charmant et bien agréable, c’était une belle expérience gustative (et très bien pour un dîner en amoureux).

Pascade, 14 rue Daunou 75002 Paris, Opéra

Laisser un commentaire


× 3 = 3