Spécial Chandeleur: gâteau de crêpes à l’orange et à la fleur d’oranger

Je suis encore dans les temps pour vous présenter cette jolie recette spéciale Chandeleur. Qui dit Chandeleur dit crêpe, mais j’avais bien envie de me lancer cette année dans un gâteau de crêpes.

Pourquoi? Parce que c’est tout à fait le genre de desserts envers lesquels j’ai beaucoup d’à prioris et d’appréhension. Il était temps de me prouver que ce n’était ni lourd, ni bourratif et qu’on pouvait même en faire un dessert gai et plein de peps!

Le concept est simple, on alterne des crêpes avec une garniture. ici, j’avais envie d’essayer une pâte à tartiner au chocolat blanc et à la fleur d’oranger repérée sur le site d’Elle à table, avec une fine couche de confiture d’oranges au cœur.

Gâteau de crêpes orange fleur d'oranger

Pour 1 petit gâteau (6 personnes):

Pâte à tartiner au chocolat blanc et à la fleur d’oranger

200 g de chocolat blanc

100 ml de lait de riz

50 ml d’huile de tournesol

2 c. à s. d’eau de fleur d’oranger

La veille de la préparation du gâteau, faites fondre le chocolat blanc en morceaux avec le lait de riz, l’huile de tournesol et l’eau de fleur d’oranger. Remuez le mélange, mettez-le dans un pot et placez-le au réfrigérateur toute une nuit.

 

Les crêpes (d’après Pâtisseries maison)

250 g de farine T45 (j’ai opté pour un mélange de petit épeautre et de T65)

20 g de sucre de canne blond

1 pincée de sel

2 oeufs

50 cl de lait (de riz pour moi)

Dans un saladier, versez la farine, le sucre et le sel. Cassez les œufs et mélangez-les à la farine, puis incorporez progressivement le lait.

Laissez reposer la pâte pendant 1 h, puis faites cuire les crêpes dans une crêpière huilée.

Montage du gâteau:

Déposez une crêpe sur une assiette, recouvrez-la d’une cuillère à café de pâte à tartiner, puis recouvrez-la d’une autre crêpe, tartinez-la et recommencez. Lorsque vous avez utilisé la moitié de la pâte à crêpe, tartinez la crêpe suivante de confiture d’orange et recouvrez les suivantes de pâte à tartiner au chocolat blanc et à la fleur d’oranger.

Conservez au réfrigérateur, placez le gâteau à température ambiante avant de le servir.

 

D’autres idées:

Crêpes + pâte à tartiner au chocolat blanc et à la fleur d’oranger + lemon curd: pour une version acidulée épatante!

Crêpes + pâte à tartiner au chocolat noir + praliné: un mariage qui a du caractère

Crêpes + pâte à tartiner au chocolat noir + purée de marrons: classique, mais efficace

Et avec du thé matcha, qu’est-ce que ça pourrait bien donner?

Coffee cake, le gâteau aux épices qui vaut le détour

Vous savez ce que je fais le matin? Pendant que je savoure mon café, je prends le temps de passer en revue tous mes abonnements RSS. Quand une recette me plaît ou qu’une idée est à retenir, je la note immédiatement. Ensuite, il n’y a plus qu’à trouver la bonne occasion de passer à la pratique!

C’est donc comme ça que depuis quelques semaines, j’avais en tête le Coffee Cake de Joy the Baker. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le Coffee Cake n’est pas un gâteau au café, mais un gâteau à consommer avec du café :) Peu importe, avec du café ou au petit déjeuner, ce gâteau moelleux avec son streusel croustillant marque les esprits grâce à ses épices et à la pointe acidulée du gingembre confit!

Coffee cake

Coffee cake aux épices et au gingembre

Pour un grand moule profond

Pour le gâteau:

325 g de farine T65

1 sachet de levure

3/4 c. à c. de sel

1 c. à c. de cannelle moulue

1/2 c. à c. de gingembre en poudre

1/2 c. à c. de noix de muscade fraîchement râpée

120 g de sucre de canne blond

120 g de sucre de canne brun

120 g de beurre doux fondu et légèrement refroidi

2 gros oeufs

250 ml de lait ribot

6 petits dés de gingembre confit haché

2 c. à c. d’extrait de vanille

 

Pour le crumble:

30 g de farine T65

3 c. à s. de sucre de canne blond

1/2 pincée de cannelle moulue

1 pîncée de sel

50 g de beurre doux froid en morceaux

1. Préchauffez le four à 160 °C. Graissez ou chemisez le moule. Réservez-le.

2. Dans un grand saladier, mélangez la farine, la levure, le sel et les épices. Ajoutez les sucres et mélangez-bien. Réservez.

3. Dans un saladier moyen, mélangez le beurre fondu, les oeufs, le lait ribot, le gingembre et la vanille.

4. Mélangez les ingrédients secs et les ingrédients humides et mélangez délicatement. Versez la pâte dans le moule.

5. Préparez le crumble: dans un petit saladier, mélangez la farine, le sucre, la cannelle, le sel et le beurre. Avec les doigts, travaillez les ingrédients jusqu’à btenir une texture sableuse. Saupoudrez-en généreusement la pâte.

6. Faites cuire au four pendant 25 à 35 minutes ou jusqu’à ce que la lame d’un couteau insérée au centre en ressorte propre. Sortez le gâteau du four et laissez-le refroidir pendant au moins 30 minutes avant de servir. Ce gâteau se conserve 3 jours bien emballés au réfrigérateur.

Certes, ce gâteau prend un peu de temps, mais il demande peu de matériel (quelques saladiers et un fouet) et n’est absolument pas compliqué à préparer. Avec ses épices douces et sa touche de gingembre, il accompagne bien le café, mais aussi le thé, le chocolat chaud, l’eau, le petit-déjeuner…

Les supercookies choco-noisettes-fleur de sel – l’ultime recette!

Comme Beau à la louche, j’ai moi aussi mené ma quête pour trouver la recette ultime de cookies. Je les aime moelleux, fondant et légèrement élastiques.

supercookies chocolat noir noisettes fleur de selCe qu’il y a de bien avec les cookies, c’est qu’ils sont tout à fait dans l’esprit de la petite cuisine: rapides et faciles à faire. Le plus long, c’est la cuisson!

Pour une vingtaine de petits cookies

125 g de beurre

125 g de sucre

175 g de farine

1 oeuf

1 c. à c. de levure chimique

1 c. à s. de poudre de noisettes

1 bonne pincée de fleur de sel

100 g de pépites de chocolat noir

1 poignée de noisettes entières.

1. Préchauffez le four à 160 °C. Quand il est chaud, enfournez les noisettes dans un plat pendant quelques minutes pour les torréfier. Sortez-les, laissez-les refroidir et broyez-les grossièrement.

2. Dans un saladier, mélangez au fouet le beurre et le sucre pour obtenir un mélange crémeux. Ajoutez l’œuf, puis la farine, la levure, la poudre de noisettes et le sel. Incorporez ensuite les pépites de chocolat noir et les noisettes sans trop mélanger.

3. Avec une cuillère à café, formez des petites boules de pâte (vous pouvez aussi utiliser une cuillère à glace) et déposez-les sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé.

4. Faites cuire les cookies au four à 160 °C pendant 9 minutes. Les cookies doivent être dorés au bord et tendres au cœur. Laissez-les refroidir avant de vous régaler!

Une vingtaine de minutes pour les préparer, un peu plus pour les faire cuire et vous obtenez des cookies parfaits, avec un bon goût de noisettes et une délicieuse pointe de fleur de sel. Ça vous plait?

La petite cuisine: la pâte à gâteau multifonctions

Vous vous souvenez de l’époque où vous fêtiez votre anniversaire à l’école et que vous prépariez le gâteau avec la maîtresse? Que prépariez-vous? Un gâteau au yaourt.

Et quel est (probablement) le premier gâteau que vous avez appris à faire tout seul? Le gâteau au yaourt.

Et quelle est la seule recette de gâteau que vous avez toujours en tête parce qu’elle est facile à mémoriser? Le gâteau au yaourt.

Voyez-vous où je veux en venir? Il est partout, le gâteau au yaourt. Il initie les enfants à la cuisine et il est toujours là pour les bons moments (comme l’ami Ricoré finalement) aux pique-niques, aux goûters, aux petits-déjeuners…

C’est donc tout naturellement qu’il a intégré mon carnet de recettes de base et que je m’amuse à le décliner en muffins, en marbré, en muffins-marbrés, au chocolat, au thé matcha… Il est si facile à préparer qu’il s’imposait naturellement dans mon brunch entre filles et me laissait tout le temps nécessaire pour m’occuper des autres plats!

Muffins chocorangesGâteau au yaourt multifonction

1 pot de yaourt (de soja pour moi, mais vous pouvez utiliser ce que vous voulez)

2 pots de sucre (de canne blond)

3 pots de farine (pour moi, 2 pots de farine T65 et un pot de farine de petit épeautre)

1 sachet de levure

2 oeufs

1/2 pot d’huile de tournesol

Et en plus:

1 c. à s. d’écorce d’orange confite en dés

1 c. à s. de pépites de chocolat noir

Dans un grand saladier, mélangez progressivement tous les ingrédients en fouettant bien la pâte jusqu’à ce qu’elle soit lisse et forme un ruban lorsqu’on soulève le fouet.

Versez dans un moule à cake beurré ou dans des caissettes à muffins.

Faites cuire au four à 150 °C pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que la lame d’un couteau ressorte sèche du gâteau.

D’autres idées:

– pour une version japonisante: incorporez 1 c. à c. de thé matcha à la pâte et déposez un peu de pâte de haricots rouges au coeur des muffins

– Version gâteau aux fruits: ajoutez des dès de pommes ou de poires à la pâte avant de la verser dans un moule à cake

– Tout choco: en muffins ou en cake, ajoutez 2 c. à c. de cacao en poudre à la farine et 1 c. à s. de pépites de chocolat noir avant de verser la pâte dans le moule.

– Marbré pistache: séparez la pâte en deux, ajoutez une pincée de vanille en poudre à la première moitié et 1 c. à c. de pâte de pistaches ou de purée de pistache à la deuxième moitié. Versez dans le moule en alternant les pâtes.

Si c’est pas de la recette multifonctions, ça. Et si on essayait de la décliner en salé aussi?

Salade de fruits d’automne, potimarron rôti au miel et épices et pommes

Vous savez quoi? Quand il s’agit de cuisiner, je suis prête à relever tous les défis!

Il y a quelques semaines, mes amies et moi avons prévu d’organiser un brunch en l’honneur de l’une d’entre nous. Facile, me direz-vous, pour quelqu’un qui adore le sucré. Sauf que le défi, c’était de faire un brunch à la fois savoureux et appétissant (qui a dit gourmand?), mais aussi léger.

Première étape du brunch léger: des fruits! Les fruits de saison se faisant rares, on a tendance à oublier que certains légumes sont si doux qu’ils sont parfaits pour une salade de fruits d’hiver.

Salade de potimarron rôti et pommes

Salade de fruits d’automne, potimarron rôti au miel et épices et pommes

(inspirée de la Butternut rôtie au miel et aux épices de Mango & Salt)

1 petit potimarron, lavé et vidé de ses graines

1 c. à c. de miel liquide

huile de tournesol

1/2 c. à c. de cannelle en poudre

1/2 c. à c. d’écorce d’orange séchée et moulue

Fleur de sel

2 belles pommes à croquer

2 c. à s. de miel liquide

1 pincée de vanille en poudre

Découpez le potimarron en 4 et placez-le, sur la peau, dans un plat à four. Dans un petit bol, délayez le miel avec l’équivalent de 2 c. à s. d’huile, puis ajoutez-y la cannelle, l’écorce d’orange moulue et le sel. Badigeonnez-en le potimarron et faites-le cuire au four à 150 °C pendant environ 45 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit fondant. Laissez-le refroidir.

Épluchez les pommes et découpez-les en dès. Découpez le potimarron en dès.

Mélangez délicatement les pommes et le potimarron. Faites chauffer le miel dans une casserole, puis versez-le sur la salade de fruits et assaisonnez avec un peu de vanille. Mélangez délicatement et servez à température ambiante.

Surprenante au début, cette salade séduit vite le palais par la douceur de ses épices, son potimarron fondant et sucré et les pommes, qui apportent une touche croquante et acidulée qui équilibre à merveille l’ensemble.

Et si on ajoutait des kakis… ou des poires…et pourquoi pas un soupçon de gingembre pour réveiller le tout?

Du réconfort sans complexe: brownie chocolat noir-noisettes

Puisque je vous parlais récemment de mon amour pour Veggie : Je sais cuisiner végétarien, de Clea (éditions La Plage), passons à la recette. Pour vous montrer qu’on peut faire des desserts appétissants, délicieux et sains, j’ai choisi de vous proposer une version bio du traditionnel brownie. Let’s go!

brownie au chocolat noir et aux noisettesBrownie au chocolat noir et aux noisettes (inspiré du brownie au chocolat, citron et fleur de sel)

200 g de chocolat noir

50 g de purée de noisette

2 oeufs

100 g de sucre de canne blond

1 pincée de fleur de sel

75 g de farine T65

1 poignée de noisettes torréfiées et concassées

Préchauffez le four à 180 °C. Faites fondre le chocolat, puis incorporez la purée de noisette.

Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre et le sel jusqu’à ce que le mélange blanchisse et mousse. Incorporez le chocolat et mélangez avec une cuillère en bois. Ajoutez ensuite la farine et les noisettes concassées. Mélangez bien dans un plat carré de 20 cm de côté chemisé de papier sulfurisé.

Faites cuire au four pendant 20 minutes. Laissez refroidir, puis coupez en carrés et servez frais.

Ce chocolat bien fort,  ce fondant qui colle un peu au dent et le bon goût torréfié des noisettes, c’est si bon qu’on en reprendrait bien un morceau!

La petite cuisine 101: tarte fine pommes-kakis

Imaginez la scène: vous êtes là, chez vous, tranquille, en train de lire un bouquin. Un coup de fil et vous voilà avec 4 amis qui arrivent à la maison.

Autre scénario: vous avez promis à vos amis qui vous ont invité à déjeuner d’apporter le dessert, mais vous vous êtes couché(e) tard la veille et avez un peu empiété sur votre projet de gâteau maison.

Dans les deux cas, un coup d’œil au réfrigérateur vous permet d’en sortir une pâte feuilletée et deux pommes, complétées par deux kakis persimon bien fermes que vous offrent généreusement vos amis.

Qu’est-ce que vous faites? Une tarte fine, bien sûr!

C’est tellement facile que même si vous ne savez pas cuisiner, vous obtiendrez un dessert délicieux en deux temps trois mouvements.

Et si tu cherches un dessert facile à faire pour ton prochain repas en amoureux, lis-donc ce qui suit:

Tarte fine pommes - kakis avant cuisson

Tarte fine pommes-kakis

1 pâte feuilletée

2 belles pommes

2 kakis persimon fermes

de la cassonnade

de la vanille en poudre

 

Etalez la pâte et saupoudrez-la de cassonnade.

Epluchez les pommes et découpez-les en fines lamelles.

Découpez les kakis en fines lamelles.

Disposez-les en cercle en alternant les lamelles de pommes et de kakis en partant des bords vers le centre.

Saupoudrez à nouveau de cassonnade et faites cuire au four pendant 15 à 20 minutes pour que la pâte soit gonflée et les bords bien dorés.

Tarte fine pommes - kakis cuite

Bonne nouvelle, c’est une recette déclinable à l’infini!

Version automnale: sucre de canne blond, poire williams et pommes avec un filet de miel de chataîgne

En été: sucre de canne blond, lamelles de figue fraiche et miel d’oranger

Déclinaison tropicale: du sucre de coco, lamelles d’abricots et sirop d’agave

Tendance bretonne: sucre de canne blond, lamelles de pommes et caramel au beurre salé

Et vous, la tarte fine, comment l’aimez-vous? Et tiens, quelles sont vos bottes secrètes pour des desserts improvisés?

Un tea-time en moins de 30 minutes? J’suis cap!

SONY DSCJe vous donne le tableau : une matinée de travail, un déjeuner entre amis et le temps passe si vite qu’il ne reste qu’une petite demi-heure pour improviser un tea-time avant l’arrivée de notre amie. Une demi-heure, vous rendez-vous compte? Heureusement, à défaut d’avoir du temps, j’ai de bons livres et une folle envie de Welsh cakes. Hop, je me saisis aussitôt de l’un des derniers venus dans ma cuisine, Petits Pains Express, de Cléa et Estérelle Payany (éditions La Plage).

Il me faut à peu près 4 secondes pour rassembler les ingrédients, 10 minutes pour préparer la pâte et un petit quart d’heure pour les faire cuire. Comme j’aime bien apporter ma touche personnelle, ici, les Welsh cakes sont carrés. Le temps de faire chauffer de l’eau bouillante et de faire infuser un bon Pu Er… et le tour est joué!

Pour une douzaine de Welsh cakes (recette légèrement adaptée)

230 g de farine de blé T65

60 g de sucre de canne blond

1 pincée de sel

100 g de beurre doux

1 oeuf

20 ml de lait végétal

40 g de raisins secs

1 c. à c. d’écorces d’orange séchée en poudre

1 c. à s. d’écorce d’orange confite

Mélangez dans un saladier la farine, le sucre et le sel. Ajoutez le beurre et sablez la pâte du bout des doigts. Ajoutez l’œuf et le lait et pétrissez rapidement pour former une boule de pâte. Ajoutez les raisins, l’écorce en poudre et l’orange confite. Étalez la pâte sur un plan de travail fariné à une épaisseur de 1 à 1,5 cm. A l’aide d’un verre ou d’un emporte-pièce, découpez des disques d’environ 5 cm de diamètre. Faites chauffer une poêle en fonte à feu moyen et lorsqu’elle est chaude, déposez-y les Welsh cakes et faites les cuire 3 à 4 minutes de chaque côté. Servez sans attendre.

 

Quelle belle recette, délicieuse, facile et rapide à préparer. C’est la recette parfaite pour la petite cuisine!

Ils sont beaux, mes muffins châtaigne et lait ribot!

SONY DSC

Ah, la quête du muffin parfait… C’est un peu ma recherche culinaire, mon défi à moi. Oh, bien sûr, des bonnes recettes, il y en a des tas, mais moi, ce que j’attends, c’est un muffin léger, moelleux, légèrement riche, fondant et réconfortant. Dans ma quête, mes yeux se sont posés sur les « Muffins à emporter » du livre Cupcakes colorés à croquer, de Joanna Farrow (Marabout), dont je me suis inspirée pour préparer ma propre version à la châtaigne et au lait ribot. Le lait ribot pour la légereté, la farine de châtaigne pour la richesse, de l’huile de noisette et de l’orange confite pour le côté réconfortant… Je crois qu’on s’approche du but!

Pour 12 muffins

– 100 g de farine T65

– 100 g de farine de châtaignes

– 2 c. à c. de levure

– 75 g de sucre de canne blond

– 2 oeufs

– 2 c. à s. d’huile de noisettes

– 40 g de beurre demi-sel (que j’ai oublié!)

– 1 c. à c. de vanille en poudre

– 150 g de lait ribot

– 2 c. à s. d’écorces d’orange en dés

Déposez des caissettes en papier dans les alvéoles d’un moule à muffins. Ensuite, suivez la démarche habituelle des muffins: mélangez les ingrédients secs dans un saladier, mélangez les ingrédients humides dans un autre saladier et incorporez les seconds aux premiers sans trop remuer la pâte. Versez dans les moules et faites cuire au four à 180 °C pendant 15 minutes, jusqu’à ce que les muffins soient gonflés et dorés.

J’ai oublié le beurre quand j’ai préparé les muffins, mais je pense qu’il doit apporter de la souplesse aux muffins. Cela dit, je le remplacerai bien par de la purée d’amandes complètes la prochaine fois…

Le pommé retrouvé

(ben oui, il s’était paumé…)

Ce qui est bien avec les souvenirs gustatifs, même s’ils datent un peu, c’est qu’à défaut d’avoir la recette, on se rappelle assez des textures et des saveurs pour pouvoir tenter de leur redonner vie. Cet été, mon père nous a parlé du pommé, un sablé aux pommes bien compotées qu’il mangeait dans son enfance nantaise.

De la pâte sablée au-dessus et en dessous et des pommes fondantes, donc… Soit, on va faire avec ça et tenter de retrouver le pommé paumé dans les souvenirs!

Pour 4 à 6 parts

– de la pâte sablée aux amandes (celle-ci)

– 2 pommes épluchées

– de la vanille en poudre

– un peu de sucre de canne blond

Foncez la pâte dans le moule, en réservant une petite quantité pour faire des croisillons. Dans un saladier, émincez les pommes très finement à la mandoline, puis ajoutez du sucre (1 c. à s. ou plus selon les pommes) et de la vanille à votre convenance. Versez les pommes sur la pâte, recouvrez de bandes de pâte superposées pour former un quadrillage puis enfournez à 150 °C pendant 30 à 40 minutes. La pâte doit être bien dorée et ferme, les pommes sont fondantes. Laissez refroidir quelques instants et régalez-vous!

Et toi, tu as grandi à Nantes? Tu as déjà mangé du vrai pommé nantais? Peut-être même que tu as la recette? Dis-le moi dans les commentaires!