Le défi primeur du 02/02/13

Tout a commencé après un énième reportage alarmiste sur l’agriculture-industrielle-qui-produit-des-légumes-nocifs-au-secours (le cuisinier et moi-même sommes friands de ce genre de reportage, c’est notre dose d’anxiogène régulière). Le cuisinier (celui qui partage ma vie et qui n’est pas du tout cuisinier en vrai) entame une discussion sur le fait que NOUS DEVONS manger des légumes bios. Problème: ceux du marché ne le sont pas et le seul stand bien vend ses produits d’origine fort fort lontaine assez chers. Monoprix? On oublie. Simplymarket? Non merci. Biocoop? Bof, provenances lointaines et prix assez élevés.

Et puis bon, comme je suis une exploratrice culinaire (un genre d’Indiana Jones avec une blouse de chef), l’idée du panier dont on doit cuisiner le contenu même quand on ne l’aime pas ou qu’on ne sait pas ce que c’est a des allures de défi. D’où le défi primeur, que je vous proposerai ici chaque semaine (ou presque).

Notre choix s’est donc porté sur Tous Primeurs et les paniers bio. Du bio et de l’origine France, c’est ce qu’on voulait et le « grand fraîcheur bio » nous suffit largement (oui, c’est le plus grand, mais c’est ce qu’il faut pour tous les dîners et presque tous les déjeuners de la semaine). La seule contrainte, c’est les horaires auxquels il faut récupérer le panier. Ça serait mieux le matin, mais bon, on s’habitue.

Nous voilà donc cette semaine avec:

– 1 salade

– 800 g de pommes de terre Charlotte

– 800g de carottes

– 1 brocoli

– 500 g d’endives

– 700 g de poireaux

– 500 g de haricots verts

– 6 oranges

– 800 g de Clémenvilla

– 1 citron lime

Que vont-ils devenir? A quelle sauce seront-ils mangés? C’est ce que vous saurez dans un prochain billet!

 

Laisser un commentaire


9 + = 10