[Battle Food #24] ôde aux petits suisses – cake à la fleur d’oranger

20140924_171245

Me voilà de retour dans la Battle Food! Cette édition est organisée par Délice Céleste, qui a choisi comme thème le fromage. Voilà un sujet qui m’inspire et qui me permet d’en profiter pour vous présenter ma dernière découverte culinaire.

Je vous explique: j’adore préparer des gâteaux, surtout des cakes, mais vraiment, plus le temps passe, et moins j’aime utiliser du beurre. Alors oui, je sais bien qu’il apporte du moelleux et ce bon goût qu’on aime tant dans les gâteaux, mais n’existe-t-il donc pas d’alternative?

Les petits suisses, c’est comme du beurre, mais moins riche.

Combien de matières grasses dans du beurre? 82 %! Combien de matière grasse dans un petit suisse? 9 à 18 % du poids total.

Le moelleux? check.

La souplesse du gâteau? check.

Envie de se resservir? check.

 

Cake aux petits suisses et à la fleur d’oranger

Pour 6 personnes

 

200 g de petits suisses

150 g de sucre de canne blond complet

1 cuil. à café de vanille en poudre

1 pincée de sel

3 oeufs

250 g de farine

1 sachet de levure

2 cuil. à soupe d’eau de fleur d’oranger

 

Préchauffez le four à 150 °C.

Beurrez un moule à cake de 23 cm de long.

Battez les petits suisses avec le sucre, la vanille et le sel.

Incorporez les œufs un par un.

Ajoutez la farine et mélangez bien.

Versez la pâte dans le moule.

Faites cuire au four pendant environ 1 h, jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte propre.

 

Dégustez et venez me dire ce que vous en pensez :)

Je reçois un végétarien, que faire? – 1

La salade, c’est pour les lapins!

Ami lecteur, je sens l’angoisse, le trouble qui te hante. Récemment, ton fils, ta fille, la nièce de ton voisin ou ton grand-oncle t’a annoncé qu’il/elle était végétarien(ne). Et qu’il venait manger chez toi.

Toi, tu sais cuisiner, on peut même dire que tu cuisines très bien. Quand tu reçois, c’est en grande pompe: jambon cru et toasts de saumon fumé à l’apéritif, frisée aux lardons en entrée, gigot d’agneau et pommes de terre sautées, fromage et dessert. On peut dire sans rougir que chez toi, on ne sors pas de table avec la faim au ventre!

Pourtant, là, aujourd’hui, le stress t’envahit car tu dois cuisiner pour un végétarien, qui a l’audace en plus de ne pas manger de poisson. Je te propose une série de billets pour mieux comprendre qui est le végétarien et comment lui proposer le meilleur de ta cuisine tout en respectant ses choix.

 

1. Qui est le végétarien?

Le végétarien peut être un homme ou une femme. Il peut avoir opté pour ce régime dès l’enfance, mais aussi à différentes étapes de sa vie, y compris sur le tard (même si vous l’avez connu avec un sacré goût pour la viande).

 

2. Pourquoi arrêter de manger de la viande?

Attention, je n’ai pas l’intention de prêcher pour ou contre la consommation de viande et de poisson, ami lecteur. Tu prends tes décisions en ton âme et conscience, tu fais ce que tu veux et c’est très bien. Si certains individus deviennent végétariens, cela peut être un choix qui remonte à l’enfance, par exemple par simple dégoût pour la viande. D’autres optent pour une alimentation végétarienne en raison de leur attachement envers la cause animale, pour des raisons éthiques. Enfin, on peut aussi choisir de repenser son alimentation et d’accorder une place plus importantes aux légumes, aux légumineuses et aux céréales, et réduire, voire supprimer la part de viande. Chaque végétarien a ses raisons et son histoire, mais ils sont souvent enclins à en parler si on le leur demande gentiment et avec bienveillance :)

 

3. Mais qu’est-ce qu’il/elle mange, alors?

Ah, que je comprends ta question. C’est vrai que quand les repas tournent autour du poulet – accompagnement, rôti de bœuf – accompagnement, côtelettes de porc – accompagnement, gigot d’agneau – accompagnement, etc. il est difficile de ce rendre compte de ce qu’il y a d’intéressant hors de la viande. Et si l’on se penchait un peu sur les accompagnements? De la semoule et des légumes, du riz et des lentilles, un risotto, une purée de légumes… Jetez donc un coup d’œil sur les cuisines du monde, qui associent souvent naturellement une légumineuse et une céréale (chili sans viande et riz, couscous aux légumes…).

 

4. Je ne sais pas cuisiner végétarien, moi. Je ne suis pas expert en tofu!

Et ce n’est pas la peine de maîtriser le tofu pour cuisiner végétarien! Tout la beauté de la chose, c’est que tu as sûrement dans tes recettes fétiches quelques plats qui sauront nourrir ton végétarien sans te prendre la tête. Tu vois ta soupe au pistou, là? Ben voilà, c’est végétarien. Tes célèbres pâtes aux aubergines que le monde t’envient? Pourquoi les faire seulement les soirs de semaine, alors que tu pourrais les préparer pour ton invité? Cherche bien, je suis sûre que tu as déjà dans ton carnet de recettes de quoi  ravir tes convives sans te prendre la tête!

 

5. Je ne sais pas si ce sera équilibré, s’il y aura assez à manger, je suis perdu(e)…

C’est là que j’interviens! D’abord, je t’invite à lire régulièrement ce blog, tu y trouveras tout un tas de recettes faciles et rapides à préparer. Ensuite, si tu as besoin que je te coache ou d’assister à un cours de cuisine végétarienne, écris-moi!

 

Dans le prochain billet, nous verrons comment composer un repas végétarien équilibré :)

Courgettes farcies du dimanche soir

Courgettes farcies faciles et rapides

Postulat de départ: c’est dimanche soir, vous avez 6 jolies courgettes rondes dans le réfrigérateur et une nécessité impérieuse de vider les placards. Allez, c’est parti pour des farcis.

En base, du quinoa, qui va bien avec tout et qui apporte des protéines. La chair des courgettes, un peu d’échalotes, quelques dés de tomates fraîches, et puis, tiens, de la purée d’olive qui attendait sagement qu’on lui fasse un sort.

 

Courgettes farcies quinoa-tomates-olives

Pour 6 courgettes

6 courgettes rondes

1/2 verre de quinoa

2 échalotes

2 cuil. à soupe de purée d’olives ou d’olives dénoyautées

2 tomates

quelques feuilles de basilic

parmesan

sel et poivre

1. Coupez le chapeau des courgettes. Avec une cuillère à café, évidez-les et hachez finement la chair. Ciselez les échalotes. Dans une casserole, faites cuire le quinoa selon les consignes sur l’emballage. Préchauffez le four à 160 °C.

2. Dans une poêle, faites revenir les échalotes, puis ajoutez la chair des courgettes et prolongez la cuisson jusqu’à ce que son volume diminue. Si nécessaire, égouttez le mélange au tamis pour éliminer l’excédent d’eau. Coupez les tomates en petits dés. Ciselez le basilic.

3. Dans un saladier, mélangez les courgettes, les tomates, la purée d’olives, le basilic et le quinoa. Farcissez-en les courgettes. Ajoutez du parmesan râpé.

4. Enfournez les courgettes pendant 30 minutes environ ou jusqu’à ce que les courgettes soient tendres et le fromage gratiné.

Régalez-vous!

La meilleure tarte au citron du monde

Soyons clairs, dans La petite cuisine, la tarte au citron se mange sans meringue (pourquoi faire?), mais bien citronnée. Si mon dévouement pour ce blog m’a conduite à goûter de nombreuses tartes au citron, je dois avouer sans fausse modestie que c’est bien la mienne que je préfère!

meilleure tarte au citron

Voilà ce qui se passe quand il ne reste plus qu’une part à photographier!

La meilleure tarte au citron du monde

Pour la crème au citron (d’après Pascale Weeks)

250 g de jus de citron

le zeste de 2 citrons

80 g de sucre de canne blond complet

4 oeufs

250 g de chocolat blanc

Dans une casserole, mélangez le jus et le zeste de citron, le sucre et les œufs. Faites cuire sur feu doux jusqu’à ce que la crème épaississe.

Dans une autre casserole, faites fondre le chocolat blanc.

Si nécessaire, passez la crème au citron au tamis, puis incorporez-la au chocolat blanc. La crème doit être bien homogène et onctueuse.

 

Pour la pâte (inspirée de Vegan, de Marie Laforêt)

150 g de farine de riz

50 g de sucre de canne blond

30 g de poudre d’amandes

3/4 c.c. de levure

1 pincée de sel

3 c.s. d’huile de tournesol

5 c.s. de lait de soja

1 pincée de vanille en poudre

Préchauffez le four à 160 °C.

Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre, la poudre d’amandes, la levure et le sel. Incorporez l’huile à l’aide d’une fourchette. Ajoutez le lait de soja et la vanille en mélangeant, puis pétrissez à la main jusqu’à obtention d’une texture homogène. Étalez la pâte, puis foncez le moule.

Faites cuire pendant env. 25 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit cuite de manière homogène et dorée.

Sortez la pâte du four, laissez refroidir légèrement, puis versez la crème au citron. Laissez refroidir et placez la tarte au frais pendant quelques heures pour que la crème prenne.

Bonus: vous aimez le citron? Vous aimez vraiment le citron? Dans ce cas, saisissez-vous d’un pot de lemon curd ou d’une confiture de citron et recouvrez-en la tarte avant de servir.

Qui en veut?

[Simple et rapide] Tarte feuilletée courgettes, olives et ricotta

En cuisine, j’aime cultiver ma capacité d’improvisation. Il est plus de midi, il faut préparer le déjeuner. Pas question d’y passer des heures, j’ai besoin d’un plat rapide et qui cuise tout seul.

J’ouvre le réfrigérateur et je prends ce qui se présente sous mes yeux: deux courgettes, un rouleau de pâte feuilletée, des olives noires et de la ricotta. On verra bien ce qui se passe…

tart courgettes olives ricottaTarte feuilletée courgette, olives et ricotta

Pour 4 personnes

1 rouleau de pâte feuilletée

2 courgettes

2 c. à s. d’olives noires (si possible de Kalamata)

3 c. à s. d’okara d’amandes ou de poudre d’amandes (ou 1 c. à s. de fécule de maïs)

125 g de ricotta

sel

origan séché

huile d’olive

Préchauffez le four à 180°C.

Étalez la pâte feuilletée et répartissez l’okara au centre de la pâte, en réservant une marge de 4 cm sur le pourtour.

Découpez les courgettes en fines rondelles et répartissez-les en couche uniforme sur la pâte (vous n’aurez peut-être pas besoin de toutes les courgettes).

Salez, ajoutez les olives et répartissez des pointes de ricotta sur la tarte.

Saupoudrez d’origan séché, puis repliez les bords de la pâte vers le centre.

Enfournez la tarte pour 30 minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien cuite et dorée.

Servez!

Et si je tenais là mon succès de l’été, à refaire avec de la pâte brisée, des tomates, des dés d’aubergines ou du fenouil? Et vous, que dites-vous de cette tarte?

[Croquant et rafraîchissant] Tarte rustique à l’orange

SONY DSCLa photo parle d’elle-même, non? Qui veut une part de soleil?

La saison des oranges touche à sa fin. Après les avoir déclinées en salades diverses et variées, j’avais quand même envie d’une tarte sablée et rustique à l’orange. Pas envie de préparer une crème: des oranges fraîches coupées en rondelles, une pâte sablée maison, du sucre, c’est tout ce qu’il faut pour un dessert succulent!

Pour 6

1 pâte sablée:

240 g de farine T65

120 g de sucre de canne blond

50 g de poudre d’amandes

1 c. à c. de vanille en poudre

125 g de beurre

1 oeuf + 2 à 3 c. à s. d’eau

3 oranges

1 c. à s. de fécule de maïs

1 c. à s. de sucre cristal blond

 

Au robot, mélangez le beurre, le sucre, la poudre d’amandes, la farine, la vanille, l’œuf et l’eau.

Placez au frais pendant 3h.

Un peu avant la cuisson, découpez les oranges en rondelles.

Sortez la pâte du réfrigérateur et étalez-la.

Saupoudrez le milieu de la pâte de fécule de maïs. Déposez les rondelles d’orange par-dessus et repliez les bords de la pâte sur les fruits.

Saupoudrez de sucre cristal blond. Enfournez à 180 °C pendant environ 30 minutes, pour que la pâte soit colorée et croquante.

Régalez-vous, en pensant déjà à votre prochaine interprétation de cette recette avec des cerises ou de la rhubarbe…

[Dessert autrichien] Kaiserschmarr’n express

Il y a à Berlin un petit restaurant où l’on peut déguster le meilleur kaiserschmarr’n que j’ai mangé. Il est si énorme qu’on peut facilement le manger à six, surtout après un plat copieux. Pour mon marmiton et moi, c’est un passage incontournable à chaque fois que nous visitons la capitale allemande. Imaginez donc cette assiette énorme, cette crêpe épaisse et moelleuse, les griottes tièdes qui apportent une petite touche acidulée, la douceur de la crème fouettée et le croquant des amandes….

Mais, me direz-vous, on ne peut pas prendre un aller-retour pour Berlin à chaque fois qu’on a envie d’un kaiserschmarr’n. C’est vrai, c’est pour ça qu’en cas d’envie irrépressible, j’ai la solution!

SONY DSCKaiserchmarr’n express

Pour 2

1 tasse de farine

1 tasse de lait ribot

2 c. à s. de sucre de canne blond

1/2 sachet de levure

1 oeuf

un bocal de griottes en conserve

Une poignée d’amandes concassées

Dans une petite casserole, réchauffez les griottes puis réservez-les.

Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le lait ribot, le sucre et l’oeuf.

Dans une poêle de 20 cm de diamètre, faites fondre une noix de beurre puis versez un peu de pâte en crêpe épaisse. Lorsqu’elle commence à dorer, découpez grossièrement la crêpe avec une cuillère en bois et prolongez la cuisson jusqu’à ce qu’elle soit entièrement dorée.

Recommencez pour utiliser toute la pâte.

Servez avec les griottes et des amandes concassées.

Régalez-vous en pensant à votre prochain séjour en Allemagne ou en Autriche…

[Saine gourmandise] Le meilleur cake à la banane

Cette recette, je la dois un peu à mon amie Patricia, qui me confia entre deux mailles de tricot que sa recette de gâteau à la banane préférée était celle de Ricardo. Comme j’ai confiance en son jugement, j’ai acheté des bananes, attendu patiemment qu’elles noircissent et ai préparé ce cake en suivant scrupuleusement la recette (ok, j’ai remplacé le lait de coco par de la crème d’amandes et je n’ai pas mis de jus de citron vert, et alors?). Les goûteurs ont eu l’air enchantés.

De mon côté, j’ai goûté ce premier essai et ai cogité la-dessus toute la journée. Un peu de rhum et ce serait déjà bien mieux. Le lendemain, me revoilà donc en cuisine avec les deux bananes bien mûres qu’il me restait. Et si je remplaçais le beurre par de la purée d’amandes? Et si je mettais deux sucres différents pour voir? C’était sans oublier la bonne blague de dernière minute, celle où je me suis rendue compte que je n’avais plus de farine T65 et qu’il allait falloir improviser avec de la farine de petit épeautre.

Le résultat, amis lecteurs, est incroyable. Génial, fabuleux, exceptionnel. La croûte du gâteau est légèrement caramélisée, la vanille, le rhum et le banane font voyager les papilles dans des terres inconnues et je ne vous parle même pas de sa texture légère et moelleuse…

Le secret, c’est la patience. Ce gâteau, il se mérite! Achetez vos bananes, posez-les dans un coin et attendez. Résistez à la tentation de les manger quand elles commencent à se couvrir de tâches. Plus elles sont noires, mieux c’est!

le meilleur cake à la bananeLe meilleur cake à la banane

Pour 1 grand moule

140 g de farine de petit-épeautre

5 g de levure

220 g de bananes, réduites en purée

65 g de crème d’amandes (crème végétale en magasin bio, à utiliser comme de la crème liquide)

2 c. à s. de rhum

75 g de purée d’amandes

65 g de sucre de canne complet

60 g de sucre cristal blond

1 oeuf

1 c. à c. de vanille en poudre

1/2 c. à c. de cannelle en poudre

 

Dans un grand saladier, mélangez la purée d’amandes et les sucres. Incorporez l’oeuf.

Dans un saladier moyen, mélangez les bananes, la crème d’amandes et le rhum.

Incorporez les bananes au mélange précédent. Ajoutez la farine, la levure et les épices et mélangez bien.

Versez la pâte dans un moule chemisé ou beurré et enfournez à 180 °C pendant 30 à 45 minutes. Pour tester la cuisson, insérez la lame d’un couteau dans le cake. Si elle en ressort propre, il est cuit!

 

Alors, vous avez envie d’essayer cette recette? Et si la prochaine fois, j’essayais avec des pépites de chocolat, ou un glaçage craquant au chocolat? Tiens, une version banane-noisettes, ça pourrait être sympa aussi…

[Petit-déjeuner réconfortant] Porridge chocolat-noisettes

Porridge chocolat et noisettesParfois, on se réveille en se disant qu’on mangerait bien, là, tout de suite, un petit-déjeuner qui réchauffe, qui réconforte, qui réveille en douceur et qui apporte toutes les forces et la gourmandise nécessaire pour bien commencer la journée. Si tu lis souvent ce blog, tu auras remarqué que dans La petite cuisine, on est adepte de l’association du chocolat et des noisettes. Alors, voilà, pour avoir l’impression de commencer sa journée avec un bol de pâte à tartiner sans en subir les conséquences, je te propose ce porridge à savourer avec un bon café, en silence, bien au chaud dans son peignoir…

Porridge chocolat et noisettes :

pour 2 personnes

1 verre de petits flocons d’avoine

3 verres d’eau

1 pincée de sel

1 c. à soupe de purée de noisettes

2 petites c. à soupe de pépites de chocolat noir

 

Dans une casserole, versez les flocons d’avoine puis 3 verres d’eau bouillante et le sel. Faites gonfler les flocons d’avoine à couvert sur feu moyen jusqu’à ce qu’ils épaississent et ajoutez la purée de noisettes hors du feu. Répartissez le porridge dans les bols et ajoutez 1 c. à soupe de pépites de chocolat dans chaque bol. Mélangez avec votre cuillère pour que les pépites fondent et régalez-vous!

Et toi, quel est ton petit-déjeuner préféré?

[Food Battle #18] Crumble de cookies

Que faire avec de la pâte à cookies? Pour moi, le défi posé par Godiche s’est transformé en solution express pour un dessert croquant et rafraichissant!

J’ai donc fait bien cuire mes cookies, que j’ai ensuité broyés pour en faire un délicieux crumble croquant qui a accompagné une salade d’orange (et de pommes).

Crumble de cookies

Cookies chocolat-orange-avoine:

Pour une dizaine de cookies

60 g de purée d’amande

30 g de sucre semoule blond

30 g de sucre de canne blond

1 oeuf

75 g de farine T65

1 pointe de couteau de levure

50 g de yaourt au soja

50 g de gros flocons d’avoine

1 c. à soupe d’écorces d’orange confites

50 g de pépites de chocolat

Mélangez la purée d’amandes, l’oeuf, le sucre, la farine, la levure, les flocons d’avoine, le yaourt au soja, les écorces d’orange et les pépites de chocolat.

 

Faites cuire au four 15 min. à 200°C. Les cookies doivent être bien dorés sans brûler. Laissez refroidir les cookies.

Placez les cookies dans un sac de congélation et concassez-les en crumble grossier. Saupoudrez-le sur une salade de fruits, une compote de fruits ou un yaourt.

Retrouvez les autres participants de la Battle Food #18 :

Les cookinesCasseroles et clavierChocoframboisesOnce upon a cookBavardages gourmandsUn flo de bonnes chosesDe la peau au noyauTrognon de pommeLe blog de poucePourquoi pas IsaMais pourquoi est ce que je vous raconte çaEncore une lichetteLa tasse fumanteChez AleRadis roseBy ACB 4 youEpices et moiMarine en cuisinePause nature La GodicheVanille et chocolatsZéro miettes Mes instants de gourmandiseTizi cooksLes yeux plus gros que le ventreMa petite cuisine au quotidienFramboises et bergamoteLa ligne gourmandeStella cuisineCuisine et cigaresDans un petit coin de ma cuisineCook with loveJujube en cuisineLa cuisine d’Anna et OliviaHappy foodMes petites fiches cuisineLa médecine passe par la cuisineDes recettes à gogoJ’ai toujours aimé le jaune moutardeCooksmopolitanLe bistrot de JennaChic, chic, choc…olatPiment oiseauLes haricots diaboliquesLa galerie du régalLa petite cuisineJ’apporte le dessertPar faim d’arômesJ’amène le dessertSafran gourmandPincée de fantaisieChut je pâtisseVoyages des papillesHomemade MauryliseLa vie LilloiseMon petit coin de cuisineManouchouxPlaisir et équilibreUn amour de recettesSweet mood in ParisCooking n’ coKalou & CookLes petites miettes d’enfanceDelicious RdvInvitation au fait maisonLes recettes de dessert d’AnaïsL’ornithorynque chafouin Dollyjessy Pourquoi je grossisVG ZoneClick, cook and taste13 desserts, chacunBeauty and cookCook’n blogHandmade by AnnaThe happy cooking friendsBabeth’s cuisineCitron myrtille

 

Page 1 sur 512345